Nous contacter

  • CONFERENCE : Méthaphisique du terrorisme.
  • CONFERENCIER : par Joaquim Hernandez-Dispaux 

Après des études en philosophie et en théologie à l’UCL, Joaquim Hernandez-Dispaux a enseigné dans le réseau secondaire, pour ensuite réintégrer l’université dans le cadre d’un mandat au FNRS où il termine une thèse en philosophie soutenue en Sorbonne intitulée « L’intimité de l’être. Ontologie de la subjectivité et problème de l’existence ». Spécialiste de l’œuvre de Søren Kierkegaard et du philosophe français Michel Henry, il développe une forte activité éditoriale en collaborant aux Kierkegaard Research ainsi qu’à la Revue Internationale M. Henry. Il a, par ailleurs, réédité « Histoire et absolu », essai sur Kierkegaard du philosophe belge Jacques Colette et prépare une édition complète des journaux de guerre de M. Henry.

La présente conférence tentera de rendre le problème du terrorisme à son plan métaphysique souvent occulté dans les débats médiatiques relatifs à ce phénomène qui fait notre actualité, et qui, en réalité, n’a jamais vraiment cessé de la faire. En réinscrivant le terrorisme dans la dialectique du sens et du non-sens pour comprendre comment d’un phénomène négatif, on peut quasiment déduire des valeurs positives telles que l’espoir, le courage et l’audace, susceptibles de structurer l’espace public par une « morale insoumise », il faudra commencer par rappeler comment Albert Camus (essentiellement dans L’homme révolté) interprétait justement le terrorisme individuel comme étant une des formes insignes de la révolte métaphysique, un mouvement qui concerne donc l’essence même de l’homme, c’est-à-dire, finalement, son existence, autrement dit, son rapport à la transcendance.